Et vous, comment avez-vous choisi vos études?

Lydia Bertholet, Bachelor en management

Lydia Bertholet, Baccalauréat universtaire ès Sciences en management

L'arrivée à HEC Lausanne

De base, je souhaitais étudier l’architecture, mais un stage dans un cabinet m’a rapidement démontré que le fait d’être aussi encadrée et d’avoir si peu de liberté créative n’était pas ce que je recherchais. J’ai alors choisi de faire une filière très générale qui m’ouvrirait des portes. Ayant toujours été très matheuse, je me suis inscrite à la Faculté des hautes études commerciales. Lors de son choix d’université, il est important de ne pas uniquement se fier au ranking mais d’également prendre soin de regarder plus précisément en quoi consiste le cursus, notamment les cours qui y sont proposés. Par exemple, la HEC de St-Gall est plutôt axée sur les méthodes qualitatives (avec énormément de rédaction), alors que HEC Lausanne est beaucoup plus axée sur les méthodes quantitatives. Si c’est possible, je conseillerais même de contacter un·e étudiant·e de première année afin d’avoir un aperçu des cours.

La question des langues

L’allemand et l’anglais sont indispensables pour les études d’économie. Dès la deuxième année il y a un cours d’anglais, mais celui-ci correspond plutôt à une mise à niveau pour lequel il faut de sérieuses bases. Personnellement, ma troisième année ne comporte que des cours en anglais, mais ce sont des cours à choix donc ce n’est pas le cas pour tout le monde. Il n’y a pas de cours en allemand à HEC Lausanne, mais il est très important de le parler couramment afin de s’insérer sur le marché du travail par la suite, même en Suisse romande. C’est pour cela que j’ai personnellement décidé d’effectuer un stage en Allemagne l’année prochaine.

La vie étudiante ne consiste pas qu'à étudier

Durant ma première année, aller aux événements HEC de types soirées, apéros, pétanques... m’a énormément aidée à tenir le coup. Cela m’a permis d’avoir aussi une part de social. On a la chance d’avoir des associations qui proposent des choses vraiment très bien, notamment aussi des conférences qui te permettent de faire du networking, même si ce n’est généralement pas encore trop une préoccupation au début du cursus. Je recommande vraiment aux premières années de se rendre dans les associations, les équipes sportives, etc. Cela permet non seulement de rencontrer du monde, mais aussi de profiter de la vie étudiante sous un autre angle que les études, ce qui est vraiment sympa!

La persévérance, clé du succès?

La première année est très générale, avec des matières qui touchent à tout, mais principalement des mathématiques. Je conseille vivement de faire les séries d’exercices au fur et à mesure, ainsi que de réviser comme s’il y avait un examen à la moitié du semestre afin d’être bien à jour. La charge de travail est conséquente, cela demande beaucoup de discipline. Cependant, bien qu’il y ait toujours plus de travail au fil des semestres, ça devient plus facile car on prend l’habitude et on sait comment travailler et filtrer les informations. Comme dit toujours mon père, «ce n’est pas un sprint, c’est un marathon», il s’agit vraiment de tenir sur la durée. Je conseille vivement cette formation car elle offre de très bonnes bases, et permet de se spécialiser dans ce qu’on souhaite par la suite!

Partagez: