Julien Leuenberger, médiateur scientifique

| En quoi consiste votre fonction de médiateur scientifique ? | Quelles ont été les étapes déterminantes de votre carrière ? | Comment trouver un emploi dans la médiation scientifique ou culturelle ?
 

julien_leuenberger_ok.jpg

Julien Leuenberger a obtenu un Bachelor en biologie et un Master en comportement, évolution et conservation à l’UNIL.

Il est maintenant médiateur culturel aux Musées et Jardins Botaniques Cantonaux et travaille aussi comme médiateur et collaborateur scientifique pour l’Espace des inventions et le Musée de la main UNIL-CHUV.

 

En quoi consiste votre fonction de médiateur scientifique ?

Je suis médiateur culturel auprès des Musées et Jardins Botaniques Cantonaux à Lausanne, à temps partiel. Je m’occupe des visites guidées et des ateliers pour les groupes scolaires et le jeune public, je crée les dossiers et les éléments pédagogiques pour les expositions, je coordonne des événements et projets culturels (Ciné au Palais, Fête de la Nature, La Nuit des Musées, Pakomuzé) en partenariat avec d’autres musées ou d’autres institutions publiques, je supervise des stagiaires et des auxiliaires qui intègrent notre équipe et je m’occupe également de la communication du musée sur les réseaux sociaux.

Quelles ont été les étapes déterminantes de votre carrière ?

J’ai effectué mon Bachelor en biologie, suivi du Master en biologie du comportement, évolution et conservation auprès de l’Université de Lausanne.

 

A l’issue du Master, j’ai poursuivi mon activité de technicien en laboratoire à l’UNIL afin de terminer des travaux en lien avec mon mémoire et de publier ces derniers sous forme d’articles dans des revues scientifiques. Le sujet portait sur la conservation des amphibiens. En parallèle, j’effectuais des travaux en laboratoire et sur le terrain, dans le cadre des recherches menées par des doctorant·e·s et postdoctorant·e·s. J’ai également supervisé des étudiant·e·s pour leurs travaux de Master. De plus, j’ai participé aux Mystères de l’UNIL en animant un atelier qui présentait des travaux menés en laboratoire.

 

J’ai ensuite travaillé auprès de la Maison de la Rivière, lorsqu’elle était encore en construction. J’y ai animé des dizaines d’ateliers et rédigé des dossiers pédagogiques.

 

Depuis la fin de mon Bachelor, je travaille aussi régulièrement pour L’éprouvette. J’anime des ateliers destinés à des classes d’élèves. J’ai commencé par animer des ateliers déjà conçus et par la suite j’ai créé des ateliers pour des événements spécifiques.

 

Je souhaitais persévérer dans le domaine de la médiation scientifique et j’ai eu la chance d’obtenir mon poste actuel de médiateur culturel. En parallèle, j’ai décroché des mandats comme médiateur et collaborateur scientifique auprès de l’Espace des inventions et du Musée de la main UNIL-CHUV.

Comment trouver un emploi dans la médiation scientifique ou culturelle ?

Mes conseils pour les personnes qui souhaitent travailler dans le domaine de la médiation seraient de s’investir dans des activités bénévoles en lien avec leur domaine d’études, par exemple en tenant un stand lors d’événements comme les Mystères de l’UNIL, de faire partie d’associations et de sociétés (pour la biologie par ex. la Société vaudoise de science naturelle) et de développer leur réseau en allant à toutes les manifestations organisées à l’UNIL ou à l’extérieur (conférences, expositions, etc.).

 

La communication étant pour certaines institutions un élément important de la médiation, je conseille d’être actif·ve du côté des réseaux sociaux, en suivant des personnes clés, en publiant des posts en lien avec son domaine d’intérêt, en créant un blog, etc.

 

Du côté des jobs d’étudiant·e·s, le gardiennage dans les musées, les remplacements (scolaires notamment), l’animation dans des camps d’enfants sont toutes des petites expériences qui permettent de développer des compétences et d’avancer pas à pas vers son projet professionnel.

 

En parallèle, je conseille vivement de profiter des années universitaires pour améliorer ses compétences linguistiques (allemand et anglais), car elles sont très demandées en médiation.

 

Il est aussi pertinent de publier son travail de Master dans une revue scientifique. Cela demande bien sûr un effort supplémentaire en fin de Master, mais le retour sur investissement peut être payant.

Dernier conseil, le monde de la médiation et des musées étant très petit, il est important de laisser une image positive peu importe qui l’on rencontre et dans quel cadre !

Il est possible que cette personne ait changé d'emploi depuis la rédaction de ce portrait. Pour connaître son activité actuelle ou pour plus de détails sur son parcours professionnel, pensez à rechercher son profil sur LinkedIn ou d'autres réseaux sociaux professionnels!

Partagez:
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 21 30
Fax +41 21 692 21 35